dimanche 1 novembre 2009

poème d'hier


Le milieu de la route

être au le milieu de la route,
comme sur une poutre
pas sur les bords.
Plus de rebords.


au milieu du ventre
marcher au centre
et non plus entre
le vide et l’antre

bien droit, avec le dos souple
recentrer pour que vive le corps
Doubler l’effort
Corps et âme en couple



J’ai suivi ton bord, cru en ton chemin
L’ajustant au mieux pour qu’il soit le mien
Quand il le fut, tu t’es tu
Crue cruelle,me laisse abattue


J’ai perdu mon bord, plus d’axe
Du nerf, dur, dur,la relaxe
Jetée à terre, marquée au fer
Pierre de la femme qu’on fait taire

Réagir,rebondir
Pour ne pas mourir
Sortir ,choisir de partir
Pour ne pas nuire.

Marcher devant,à perte de temps
S’ouvrir au vent, sourire aux gens
Ceux du chemin,
Ceux d’un autre destin

lentement,je batis le mien
Loin du tien , pour mon bien
Dans ma main,pour demain
Je poursuis le mien sans le tien.

Au milieu de ma route,
Pas en déroute
Je marche droit
Je marche pour moi
Enregistrer un commentaire