mercredi 6 février 2013

prose du jour, now


Il suffit de peu pour que les mots me reviennent. Une simple blessure physique, un mot ravivent les émotions, le cœur s’enflamme, il bat trop fort pour que je puisse intervenir. Je le laisse divaguer. J écoute parler mes sens, désorientes, emportes subitement dans des sphères turbulentes. Je lâche les brides, tenues fermement pour éviter tous débordements. J’observe, avec une légère distance indispensable, le délicat bouleversement issu d’une combinaison de coïncidences. Est cette une illusion de relier ces concordances ? Je cherche à me défaire des montées passionnantes d’énergie, de lumière, de sensations pour aller vers une serenite.Celle ci s’approche et s’enfuit face à ces pépites créatives, sensuelles qui viennent assaillir corps, cœur , âme dès que j’ouvre un instant ma porte secrète. La hanche en feu, pour l instant, froissée impose un arrêt dans l intense pratique. Cette douleur nouvelle libère, le muscle blesse est celui de l ouverture,. Enfin, je laisse glisser les larmes sur la posture, chaque jour, sans interrompre le fil positif. Je vis ma blessure comme une pause propice a la réflexion , à la distance bienvenue pour analyser mieux ce qui travaille en moi. La sensibilité à fleur de peau, la détermination a mieux vivre, m’aimer telle que je suis, la maintenant, sans m attarder sur la passe et en évitant de me projeter dans le futur. C est à ça bien sûr qu il faut que je travaille, inlassablement chaque jour. Avec une perspicacité soutenue, un engagement renouvelable. Avec cette base que je solidifie chaque jour je m efforce de contrôler les pulsions de passion, de chair, de rêves. En ce jour de faiblesse, je vois l’ampleur du chemin face à la sueur au-dessus de mes lèvres si je m’autorise à laisser monter les désirs. Oui, je peux encore m ;enflammer, rougir de plaisir, être joyeuse, mordiller la vie avec l ;insouciance de la jeunesse. J ai de la candeur dans le cœur,, cette gaîté amoureuse de vouloir me jeter dans la vie avec amour, bonheur et petillance.. Ces bobos de corps, de cœur du quotidien sont là pour me rappeler l importance de trouver l’amour et la joie partout, en moi, autour de moi, sans pleurnicher sur mon sort, puisque j ai cette chance d’avoir les outils du bonheur avec moi. Je peux être amoureuse de la vie, la peur est partie.
Enregistrer un commentaire