vendredi 2 août 2013

declic insomnie # 4


Le déclic Il y a des choses que l on préfère enfouir Certains jours, elles sortent d’elles-mêmes Perturbant l’itinéraire pressenti. Il suffit d’un signe, d’un geste. Le poids d’un regard sur ma nuque, Un frôlement de mains, une caresse imprévue Mon cœur chavire Un déclic qui illumine les zones sombres Irradie ma peau, électrise mes sens. En effet papillon, il bouscule mes retenues Maintenant je voudrais être nue Avec tes mains sur ma peau, Avec tes yeux dans les miens. J’ai senti ta lumière Dans une danse de Lucy Vibrante en moi, éveillée, Désirante en ouverture Tenue secrète pour l instant Le temps que je m’habitue À cohabiter de nouveau Avec ce désir charnel au creux de mes reins.
Enregistrer un commentaire