vendredi 28 octobre 2011

poeme triste du soir, trop noir


Je me suis laminée le cœur à attendre des heures.
j’ai brise ma valeur à me fendre au travers des heures, j’ai flirté avec la douleur, même plus peur,
tu as vole mon cœur, pour me mettre à l’envers,
Retournée, utilisée, jouée, et moi je me suis donnée, a t’aimer sans tricher
.Seule devant mon écran, je sens que ma vie fout le camp,
J’explose, fini le rose, retour morose d’avoir forcer la dose avec ma prose.
Amour rêver non partage, seulement idealiser.
Pour toi, je ne suis rien, je me brise d’un rien,
J’ai lâche les freins, déchaîne mes reins, pour un amour cristallin
.Ça me coupe comme du verre, je voudrais être sous terre,
Avoir la force de me taire, ne plus braire, ne plus faire,
Me défaire d’aimer autant de travers.
Enregistrer un commentaire