lundi 30 mai 2011

un air frais


Un air frais, à pied ou en vélo.

L’avantage du séjour à pied ou en vélo, c’est qu’on peut écouter de la musique très fort au casque, chanter à tue tête même si on chante faux. Ou est-ce cette lenteur soudaine d’un déplacement régulier, un parcours connu, un sentier qui change selon les heures.
J’ai mes préférences, variant selon la météo.
J’aime ma pause-café, ici ou là, j’ai mes habitudes pour le one shot ! les conversations s’engagent vite d’une table à l’autre, je croise parfois des yoga team people ou encore les peintres pour qui je pose à nouveau jeudi.
Le matin, je passe saluer Sabine et Vianney , les amis français qui tiennent la galerie d’art. Je craque sur la boutique pour des pastels aux teintes que j’associe à Byron, pour des carnets aux formats de voyage.
La ballade à la plage est une de mes favorites. Je ne me lasse pas.
Je discute souvent un moment avec Glenn, l’homme de la cabane. C’est un hippie, un vrai, vivant la moitié de l’année dans un petit camping car et l’autre dans le tipi de sa copine.
Ils voyagent aussi, in land ! je les imagine bien partir dans le bush. L’idée du voyage lent est un concept bien développé ici. Ça donne envie.
Va falloir que je passe mon permis de « camping’s cars driver ».
Enregistrer un commentaire