dimanche 20 mai 2012

un dimanche de travers


ma journee avait bien commence, avec le buffet de l'hotle, un peu trop luxueux d ailleurs pour moi. je prend le taxi pour me rendre en ville, pres de la belle gare d antananarivo. hier, en donnant le cours de yoga, j ai rencontre la patronne de cette boutique , situee a l interieur de la gare. j aime ses coupons de tissus en conton, doux comme du t shirt, j en ai achete un l'an dernier, je le trimbale depuis a chaque voyage. ce matin, j ai craque pour un coupon rose en coton tres leger avec des transparences. et une ceinture en tissu a motifs noirs. en sortant de la gare, je pars a pied, au bout de quelques metres, pres de l'institut francais, je sens deux mains qui tapent mes oreilles, j ai crie et c est ce cri qui a fait fuir les voleurs. ils etaient 3, prets a prendre mon sac, apres m'avoir arracher mes boucles d'oreilles. je les aimais beaucoup. le choc a ete tres violent, j ai eu peur. j avais du mal a marcher ensuite, a reprendre ma respiration, tout vacillait. la perte de securite, la peur sont si rapide, fulgurants. il m a fallu une etape avec de la glace sur le oreilles, un grand verre d eau, dans un bar de la ville que je connais pour arreter les sanglots. j ai eu peur de marcher seule. fort heureusement, le cours a ete annule et apres un moment avec mon amie malgache, celle que je connais depuis si longtemps, j ai rejoint mon hotel. et j ai fait ce qui me permettait de souffler. c est a dire rien. tv et room service. demain, ca ira mieux, petit a petit, je reprend mon souffle. ce n est rien la disparition des boucles, ce qui est penibe, c est la peur que cela declenche ci joint une photo vue de la chambre
Enregistrer un commentaire