dimanche 8 juin 2014

epoque


certains jours,je me vois assise pres d'une fenetre, plume a la main, a ecrire de longues lettres langoureuses, melancoliques, lentes.j'imagine que ces lettres partent au bout du monde, modulant la fragance d'un quotidien individuel en une philosophie suranee du plaisir des mots. exploratrice d'un autre siecle, voyageuse mentale ou reelle, j'aurai aime vivre au temps des lettres parfumees car j'ai ce gout d'ecrire en m'adresant a l'autre. quand le ciel est gris, il me porte vers une nostalgie bavarde ou je serai capable de m'enflammer d'amour en voyant un arc en ciel... ces jours la, j'observe parfois avec un fremissement ces mots qui m'habitent des l'aube. je viens les deposer ici ou la, avec un rituel minimisant ainsi leur emprise sur le fil de ma journee. de les poster ici, dans ce fleuve ou chacun s'exprime, est une forme etrange de partage, car au final, ils restent anonymes.
Enregistrer un commentaire