mardi 31 janvier 2012

sunday in mysore





Le jour de repos

Heureusement, au moins un jour par semaine, il n y a pas yoga. La notion de repos prend son ampleur en ce jour chéri.
Avec mes visiteuses de la Réunion, Sandrine et Fanny, nous profitons de ce jour off pour faire une journée touristique, avec un rythme tranquille.
Au programme :
Ballade matinale autour du lac de l’université
J’adore ce tour du lac, particulièrement a la fraîcheur matinale. Opter pour une marche silencieuse, frôler mentalement les arbres, profiter des premiers rayons de soleil, huummmm le tout suivi d’un copieux petit déjeuner. Oui, la, je sens bien la notion de repos.

Entre, un peu de shopping en ville, un thé par ci par là
Sieste
Visite du temple de Somnathpura l’après-midi, avec Arif le chauffeur du Mandala. C est un excellent conducteur, à la fois chaleureux et discret, surtout prudent sur la route. Tout en respectant les règles de conduite en vigueur ici : un maximum de klaxon en roulant le plus possible au milieu de la chaussée.
Le trajet qui conduit au temple est rapide, nous longeons de petits villages, des champs de canne.
En franchissant la porte du temple, après avoir payé notre entrée et retiré nos savates, j’ai eu un flash, j’étais déjà venue ici, lors de mon tout premier séjour en Inde, avec Patou, mon mari.
Le temple était en travaux, j’en avais gardé un souvenir sans les travaux. J’ai apprécié la baisse du volume sonore, presque un silence, dans l’enceinte du temple.
Sur le retour, nous nous arrêtons pour voir un arbre, un énorme banyan, majestueux, large, spacieux. C est un moment que j’ai vraiment aime dans la journée, être proche de cet arbre.
Nous décidons de revenir la semaine prochaine, pour expérimenter un duo de lucys.
Une fois rentrée, je ressens la fatigue. comme si j’anticipais ce qui m’attend à partir de demain, une formation intense : le teacher training course.

vendredi 27 janvier 2012

one month



Ça fait pile un mois que je suis installée a Mysore. Intensément yoga. Au fil des jours, le yoga prend une place majeure dans le quotidien. Il le remplit, avec tendresse et vigueur, modestie et courbatures. Le corps semble donner chaque jour sa version de la pratique, comme une surprise quotidienne. Telle posture devient agréable, telle autre reste une lutte. la fatigue est une ponctuation qu il faut apprendre à écouter.
Cet après-midi, c'était le dernier cours de philosophie avec BNS IYENGAR. Une clôture de session émouvante, touchante. À 86 ans, BNS rayonne d’une joie qu’il transmet dans sa manière si particulière d’enseigner. À la fin de la prière de clôture, il s’est levé silencieux, il est resté comme ça, nous ne bougions pas non plus, il est revenu s’asseoir pour réciter la prière d’ouverture du mudra et a repris son enseignement pour nous faire part d’un secret.
Quel beau secret. Après la prière de fin, nous l’avons raccompagné a la porte, puis salué.
J’ai cette chance d’avoir encore deux cours quotidiens avec lui sur toute la durée du séjour.
Malgré cela, j’ai ressenti une belle émotion à terminer ce cours… J’aurai aimé qu'il dure encore. Avec cette sensation d’avoir entamé un travail de recherche de durée indeterminée.
Je suis rentrée à pied, flânant sur ce chemin que je connais bien.
Pile un mois. Je vais découvrir ce deuxième mois. I am ready.

dimanche 22 janvier 2012

new moon




Jours de lune

À l’occasion de la pleine lune et de la nouvelle lune, la plupart des cours de yoga n’ont pas lieu. C est un jour de repos où l’on se consacre, si on peut, a la prière.
Il y a affluence chez les vendeurs de fleurs, devant les temples.
Je sais que certaines boutiques seront fermées. Ici, les jours d’ouverture et de fermeture des magasins changent en fonction des confessions religieuses, des fêtes locales.
Pas moyen de savoir d’avance qui sera ouvert ou pas.
Je profite du ciel clair pou un tour de vélo, et si je changeais de quartier ?
Il est vrai que je colle a mon quartier, entre les cours, chaque jour, je reste près de chez moi. La fatigue calme un élan d’explorateur…
Je me réserve cet espace de promenades en d’autres périmètres pour l’arrivée proche de mes amies. Des demain, mon train train quotidien sera différent, je me réjouis d’avance de faire visiter à ma manière cette belle ville de Mysore, MY YOGA TOWN

angel


L’ange

Ce jour-là, je m’en souviens
J’ai reçu la lumière
Venant de mon corps
Croyant que c était toi
J’ai perdu la tête
À sentir la vibration
À espérer reproduire
L’union palpitante
‘D’un son infini
La visite de l’ange
Dans un cœur apeure.
Je suis prête
Reviens
M’enlacer de ta lumière
Si charnelle soit elle.

jeudi 19 janvier 2012

poesie remplie de yoga


may be it is a yoga effect, i feel poetry, really poetry. deep inspired by light, by dedicate my practise


Le manque

Quand mes mains deviennent moites
A tourner febrilement
Si je regarde en moi
Je me demande
Ce qui se cache
Derriere le vide
Ce creux palpitant
Une faim grouillante
Qui anime sans cesse
Esprit et corps
Solidement lies
Par cette pensee
Le manque, c est quoi ?
Est ce toi,
Est ce moi ?
Ces jours la
J’aimerai attendrir ma peau
Pour que l’air puisse
Redorer mes pensees
Et repondre a l’appel
De mon cœur aimant.
Le manque

Quand mes mains deviennent moites
A tourner febrilement
Si je regarde en moi
Je me demande
Ce qui se cache
Derriere le vide
Ce creux palpitant
Une faim grouillante
Qui anime sans cesse
Esprit et corps
Solidement lies
Par cette pensee
Le manque, c est quoi ?
Est ce toi,
Est ce moi ?
Ces jours la
J’aimerai attendrir ma peau
Pour que l’air puisse
Redorer mes pensees
Et repondre a l’appel
De mon cœur aimant.

mardi 17 janvier 2012

les vaches jaunes




LES VACHES JAUNES


Dans la ville de Mysore, contrairement aux grandes métropoles in-diennes, les vaches font partie du quotidien, tout comme les fermes : elles four¬nissent le lait et ses produits dérivés que sont les buttermilk, les badam milk, les Mysore pack, les pedas, les ghees et autres délices qu’on achète dans tous les bars, les tea et coffee’s shops. La popu-lation, elle, con¬tinue d’acheter du lait au laitier ambulant, de même qu’elle se rend dans les milk shops les plus proches. Je fais de même. Chaque jour, j’achète mon buttermilk et yaourt au shop du coin.
Je croise les vaches ; je choisis mes itinéraires en fonction de ces belles, je l’avoue. Certaines ruelles sont des étables de quartier ; on y parque les vaches le soir, après la traite.
Depuis deux jours, leurs robes sont teintes en jaune, coutume locale qu’on pratique en relation avec la moisson et la grande fête de poon-gal, qui est célèbre partout en Inde. Depuis deux jours, tout le monde les bichonne et leur offre des fruits frais. Jaunes, elles sont ; souvent les cornes sont peintes en rouge ou rose fuchsia. Elles ont quelquefois des dessins sur le front, une nouvelle clochette, des fleurs.
C’est un plaisir de partir à la chasse d’une nouvelle vache dans des quartiers plus éloignés, histoire de rompre la monotonie, car je con-nais bien celles de ma rue. Hier soir, j’ai eu la chance d’assister à la marche sur un feu de paille pour les vaches. Ça se passait dans une ruelle près du temple. Le rituel, organisé par une famille, était d’une simplicité. Elle rassemblait les résidents de la rue dans la bonne hu-meur. Les vaches, guidées par les jeunes hommes de cette famille — qui sautaient de concert avec elles au-dessus des feux de paille dépo-sés en travers de la rue — ont accompli, victorieuses, leur marche.
Après deux ou trois allers-retours, le feu, rapidement, s’éteint. On bénit les vaches, puis on les rentre dans la petite maison. L’intérieur sent le lait et la vache. Ici, elles vivent à huit, avec leurs petits — une famille plutôt nombreuse.
La cérémonie se termine, chaque convive repart avec un sachet de sucreries mélangées avec des graines, des épices, du coco. On s’éloi-gne alors en rickshaw , avec des lumières plein les yeux.

dimanche 15 janvier 2012

happy sunday






i had such a good sunday, very lazy, no yoga at all, free.. to do whatever is coming in the day. and so much happens in one day.
nice breakfast with anna, and pool at reegalis.. anna is going back home today, i will miss her.
lunch with vikram. a night walk with anna and vikram. we saw a small cow's festival in a very poor part of town. all the cow were yellow and the owner make them jumps on top of a leaves' fire. they gives us some sweets and we took pictures. very nice time at night. after anna came to my room for a tea. i went to bed late.
hard to wake up this morning but i enjoyed my early morning practise today.
magic mysore time is on...

samedi 14 janvier 2012

invisible



Invisible

Il y a des soirs ou je me sens invisible
Presque transparente,
A en perdre l’odeur
En oublier ma peau.
Ces jours la
Je reve de toi
Je cherche cette lumiere entre apercue
Dont j’ai eu peur
Face a la purete
Je me suis affolee
Eblouie
Maintenant je sais
T’attendre immobile
J’apprend l’invicible
Je te sais
Visible
En moi.
de l’interieur
Invisible bonheur.

mardi 10 janvier 2012

how strange it is...


how strange it is to feel i am learning beiing a yogi and i struggle. not on practise as something new, i always struggle on practise with back bendings and not enough flexibility with left knee.
but i should say, i struggle around, i real life. like i am split. between me when i get here and me now...
may be it is this full time for myself that push me into questions about general life.
so i eat more sugar than at home.. and i will try to reduce this.
like if i am reducing so much of those things name desire...

lundi 9 janvier 2012

full moon night



Est ce la chaleur qui me donne envie d’écrire, inscrire le temps, le figer doucement sur ces pages indiennes ou mes journées s’émerveillent entre les vaches et le yoga.
L’ephemere de ce voyage se mémorise en rituels en devenir. Ces heures étirées à chercher deviendront un condense pour puiser dans la lenteur.
Ralentir. Ralentir encore pour mieux voir, mieux percevoir. Sentir l’air. Circuler.
J’aime à croire que ces heures langoureuses sont une des clefs à garder en soi.
Présence au présent.Un cadeau du temps.

dimanche 8 janvier 2012

peu de choses a dire-poeme d un dimanche soir



Peu de choses à dire

J’écoute mon sang
Assise sur une natte
Je sens le présent
L’absence
Bat plus fort.

Je lis sur ma peau
Au sol, en coton fleuri
Je transpire l’ephemere
La parole est frêle
Souffle court.

Je ferme mes yeux
Glissant en ma veine
Je vis l’instant
Tout l’amour s’étire
En infini

Peu de choses à dire
Quand tout est simple.
since the beginning of the year, i am playing with lights, lents, old ways with hipstamatic for iphone, i love it, so surprising.
it was a very quiet sunday in mysore. me facing myself... with lights, poetry and love

samedi 7 janvier 2012

montage VB


thanks to clemnet for have wrok on the cuts and put it all together, nice editing job..
my happy new year video

vendredi 6 janvier 2012

indian room 1.mov

jeudi 5 janvier 2012

aunty'shouse



Aunty’s house

Il y a des endroits où l’on aime revenir. Aunty’s house fait partie de ceux-ci.
Chaque fois, je me dis que je vais me perdre pour m’y rendre et non, au final, je me rappelle bien du trajet. Je suis passée chez Aunty, le jour de l’an pour la saluer et reprendre sa carte afin de réserver. C’est petit, si l’on souhaite goûter a sa cuisine, il faut soit s’organier un minimum, soit attendre.
Je préfère réserver. Aunty cuisine pour 6 à 8 personnes maximum et deux minimum.
Nous étions trois pour le déjeuner, entre le cours de pranayama et le cours de philosophie.
Il faut suivre un de ces longs couloirs étroits à ciel ouvert pour atterrir au fond d’une minuscule cour intérieure, et là, sur la droite, on baisse la tête pour rentrer dans le minuscule salon et chacun s’installe autour d’une table bancale en formica, sur des tabourets en plastique. Pas de couverts, on mange avec les mains un plat choisi par Aunty. Son mari faisait la sieste sur une natte au sol.C’est très kitch comme deco : Des bondieuseries, une television avec du bollywood, de vieux posters.
Ce midi, pas de riz pour une raison religieuse. Aunty tente une explication confuse . Je connais bien sa cuisine, ce qui n’est pas le cas des 2 autres convives. Bien entendu, c est délicieux, chapatis iddlys, sauce au coco, légumes, curd, même un petit dessert gluant et liquide avec des graines de pavot.
Aunty insiste pour qu on revienne un jour de riz. Tout le monde est d’accord, on aura le privilège d’une variante dans le menu.
Après ce succulent repas fait maison, la traversée du quartier pour revenir au Mandala est très agréable, les ruelles sont encombrées. Actuellement, tout le quartier est en chantier. Le rickshaw slalome entre les vaches, vélos et tranchées de terre débordant parfois sur la chaussée,
Je reviendrais encore ce week-end pour photographier ce quartier, je ne m’en lasse pas

lundi 2 janvier 2012

running stomach



it seems like i can not escape this : a running stomach for the first day of the year, and second day as well, so i had to rest.
may be this is for me to learne patience...
BNS IYENGAR always comes with funny answers : he said it is the advance pranayama that affects the body and also i should drink milk and wear socks at night.
yesterday i could not practise but i went for the first philosophy class with him. not easy when it is not in french but i love to spend time with him.
yoga is so generous to me.
it is not that hard to stop smoking here, i will say easy...
pictures of cows, my favorites

dimanche 1 janvier 2012

2012 is welcomme




very happy new year to everybody.
it was a special way of new year for me, here in india. i liked it to be alone, just thinking. comimg to 2012 with positive very positive...
and it is hard to stop smoking again but i am on the road